Dans l'Astronomie de janvier 2010.

De toutes les suggestions et critiques faites lors de ces rencontres ressortent points positifs, limitations et suggestions d'améliorations.

Points positifs

Le confort est indéniablement au rendez-vous et avec lui la pleine disponibilité du cerveau et de l'oeil pour l'exploration détaillée et exhaustive du champ visuel et sa mémorisation. Tout le corps et la tête sont en appui, les bras libres ou appuyés selon les besoins, les jambes en mouvement lent (un tour de pédale suffit pour suivre 2 minutes de mouvement diurne) ou au repos. Les mouvements de positionnement en angle horaire comme en déclinaison sont sans effort (le contrepoids des jumelles ou de la lunette courte était efficace)

Limitations

En angle horaire +/- 30° de part et d'autre du méridien ne donnent pas trop d'inconfort, comme l'axe de l'optique peut tourner sur sa monture d'un angle supplémentaire de 15° des deux côtés, il en résulte qu'en pratique la fenêtre méridienne d'observation est d’environ 90°. En déclinaison, l'ergonomie de la rotation des cervicales et de l'appui de l'occiput limite la position d'observation vers le zénith (déclinaison de +45° fatigante) plus que vers l'horizon (-45°).

Améliorations souhaitables

  1. dans l'ordre ergonomique, sans aller jusqu'à un siège entier basculant en déclinaison dans le cadre du berceau, on doit pouvoir dégager dans le dossier du berceau une fenêtre de basculement de la tête pour un meilleur confort des cervicales
  2. les accoudoirs sont absolument nécessaires, tant pour servir de porte accessoires que pour mieux caler le bassin de l'observateur
  3. la mécanique du porte optique doit être améliorée tant en rigidité qu'en équilibrage (revenir à une solution classique avec bras articulés en parallélogrammes) et l'optique doit être fixée par le dessus (solution impossible avec les matériaux trop flexibles du prototype actuel de monture)
  4. la structure portante doit être montée sur trois appuis (vérins et/ou cales) et non quatre
  5. l'instrument complet doit pouvoir être bâché en cas de pluie et transportable sur une remorque plate du type remorque pour moto

Perspectives

Le PAULO pourrait avoir deux types différents de développements:

  • comme outil d'initiation pour les clubs de passionnés de l'exploration « dobsonienne » du ciel profond (qui sûrement sauront en trouver des variantes plus légères!),
  • ou comme outil pédagogique pour les parcs et sites d'astronomie ouverts au public (qui au contraire en rechercheront des versions encore plus robustes donc lourdes!).

Je suis personnellement plus intéressé par cette deuxième perspective (y compris en ajoutant une motorisation pour le rendre accessible aux handicapés moteurs) et suis à la recherche de partenaires prêts à poursuivre cet investissement initial.